Florian Le Roy Coiffeur Styliste à Montréal

 

Florian Coiffeur Styliste

Florian est un bon coiffeur styliste à Montréal près du Quartier Latin

Je suis coiffeur depuis maintenant 20 ans. Avant de m’installer à mon compte en France, j’ai acquis de l’expérience dans une dizaine de salons. Je suis spécialiste de la coupe en premier, car j’ai été formateur pour un groupe reconnu qui s’appelle TIGI qui est une filiale de Tony and Guy. Ma technique de coupe est d’inspiration anglo-saxonne. Je suis à mon compte depuis 10 ans et j’ai été propriétaire de plusieurs salons de coiffure. En 10 ans, j’ai eu 25 employés que j’ai tous formés. J’ai aussi une grande expérience de haute coiffure, car j’ai participé à beaucoup de défilé et de « show » de coiffure.

Coloriste:

Je fais aussi de la coloration, j’ai travaillé avec les produits Wella, L’Oréal Paris, Schwarzkopf, escalation easy (une marque italienne)… Je connais différentes techniques en coloration : mèches, coloration fugace, temporelle, couvrante… tout en respectant la qualité du cheveu. Le but est justement de préserver le cheveu et de ne pas l’altérer, mais bien de l’améliorer.

Ma formation :

J’ai fait mes études de coiffeur dans la 2e école de coiffure en France qui s’appelle René Rambaud situé à Clermont-Ferrand. J’ai été formé par Bernard Duvert qui a été le champion du monde de coiffure en 1986. J’ai eu comme professeur M. Michel Gaillard (meilleur ouvrier de France) qui a été à l’origine de mes inspirations. Par la suite, mon mentor fut Stéphane Amaru le directeur artistique de Tony and Guy France et c’est lui qui m’a formé aux techniques de coupe anglo-saxonne : texturisation, géométrie dans l’espace, graduation … C’est avec lui que j’ai finalement perfectionné mon art, il m’a remontré comment utiliser ses différentes techniques de coiffure.

D’où m’est venue la passion pour la coiffure :

Ma passion vient de fort longtemps. Elle a toujours été présente, depuis mon enfance alors que j’adorais passer du temps dans les salons de coiffure avec la chaleur, les odeurs, le côté très « cocooning » finalement (décontracté et confortable). J’ai toujours aimé ses ambiances et ce qui est surprenant, c’est que je ne viens pas d’une famille de coiffeurs. Ma passion a même surpris tout le monde. Mon père est artiste peintre et j’avais étudié en préparation aux beaux-arts. Lors qu’est venu le temps de faire un choix de carrière professionnel entre 14 et 15 ans, comme 7 ans d’étude paraissaient le bout du monde, la coiffure est donc venue naturellement du fait que j’étais attiré par cet univers. J’ai fait un stage chez un monsieur du nom de Bernard Bâtisse, un ami de mon père, reconnu pour être un très grand coiffeur dans la ville où j’habitais. Il m’a accueilli pendant une semaine dans son salon et j’ai tout de suite attrapé le virus de la coiffure. J’ai plongé les deux pieds dedans et cela ne m’a plus quitté depuis. Mais cette passion était déjà bien ancrée en moi bien avant cette expérience.